CAR NOUS NE SOMMES MÊME PAS CURIEUX DE VOIR DANS QUEL ÉTAT RESSORTIRA L’UNIVERS APRÈS AVOIR ÉTÉ SECOUÉ DANS NOTRE SHAKER

Je sors ma femme 17
Cela faisait 8 ans pour elle
Elle ne s'émerveille pas
Nous finissons la rue 4
On ne nous prend pas pour un duo
Le ciel s'en amuse 
L'atmosphère est accompagnante
Ma femme a du mal
Il n'y a plus de crotte sur les trottoirs peut-être le remarquetelle
Le vieux monsieur affaisse son vieux postérieur dans sa vieille voiture
Parfois c'est le désert urbain
Je suis un habitué des habitants
Je serre des mains moites 
Elle a vraiment du mal
La ville ne l'aide pas
Féérie peut être aperçue loin d'ici à ce qu'on fait croire
Groupement de jeunes désœuvrés 
On passe à travers
Lejeunelevieux c'est ça issi
Elle n'en peut plus
J'allume sa motorisation
Au 231 je choisis d'entrer
Je n'ai pas d'intention
Mes yeux font du saute-objets 
Celui-ci oh
Il a un trou 
De la forme exacte de ma tête
Que j'y engouffre
Mon espace hyperconscience
Aussitôt rempli
Je ressors la tête mon corps ma vivacité
On me hâlera longtemps sur les berges du rio regrets tentant de m'étinceler par des spectacles de batailles définitives en me martelant les paumes d'hideuses simulations [les sorciers sont des ploucs]
 
 
 
 
 

Vous devez être un utilisateur enregistré du site pour pouvoir commenter les articles

Derniers textes

Derniers commentaires

  • .

    Stecha.old 02.06.2015 08:03
    RE: .
    La confiture à poète c'est la tendresse du monde ou la crème de la Ligoudille.

    Lire la suite...